Pèlerinage avec les Tarasoles

De nombreuses personnes se rendent à Saint-Jacques-de-Compostelle au moins une fois dans leur vie. Lire ici le récit de mon pèlerinage

Cette année, c’est la troisième fois que je fais un pèlerinage sur un “chemin de Saint-Jacques” étranger. Cette fois-ci, il s’agit d’un pèlerinage d’un genre très particulier : j’ai laissé mes chaussures à la maison et je souhaite me rendre à Saint-Jacques de Compostelle avec mes sandales Tarasoles fabriquées à la main, et si le chemin le permet, entièrement pieds nus.

Mon “camino” commence à Porto / Portugal, d’où je souhaite faire le chemin côtier, le “Camino da Costa”, jusqu’en Espagne. Ce chemin côtier a plusieurs variantes, j’ai choisi la variante originale, le “Camino Espiritual”, qui parcourt 360 km à travers le Portugal et l’Espagne.

Le 5 mai, je pars le matin de la cathédrale de Porto. Il pleut à verse et un vent violent souffle le long de la côte, si bien que je sors mon poncho de pluie dès la première minute. Heureusement, sous ma cape de pluie, mon sac à dos de 6 kg est bien au sec. Ce matin-là, je suis la seule pèlerine, du moins personne ne s’est encore mis en route. Cela fait du bien de laisser le quotidien derrière moi et je suis d’humeur joyeuse en sifflant une vieille chanson de randonnée.

Après quelques kilomètres, malgré mon poncho de pluie, je rentre complètement mouillée dans le premier bar et savoure un café chaud. Les locaux discutent bruyamment et joyeusement et, après un café fort, mon chemin longe la côte sur plusieurs kilomètres sur un chemin de planches en bois. Le soir, j’arrive à ma première “auberge de pèlerins” – à mon grand étonnement, un camping. Je respire avec soulagement et joie, car je m’attendais à trouver un dortoir dans une auberge pour pèlerins. Des souvenirs me sont revenus de mon premier pèlerinage sur le “Camino frances”, que j’ai parcouru il y a 15 ans. Souvent, je restais éveillé la moitié de la nuit dans un concert de ronflements dans une auberge bien remplie avec 20 à 30 autres pèlerins.

Le matin, je me réveille bien reposée et je me remets en route le long de la côte, en passant devant de vieilles églises magiques et des villages de pêcheurs. Mes sandales pieds nus me rendent bien service sur le chemin de planches en bois. J’ai collé les semelles Vibram souples de 6 mm d’épaisseur à un matériau en mousse de noix de 4 mm, de sorte que ma marche est agréablement souple.

Depuis neuf ans, je fais de la marche en ballon. Je ne roule plus sur le talon, comme la plupart des gens, mais je pose d’abord l’avant du pied et je ramène le talon au sol à la fin. Je me déplace ainsi sur la zone molle du pied (la plante du pied) et j’active ma chaîne musculaire. En revanche, le fait de rouler sur le talon est un modèle de mouvement appris qui sollicite les articulations et les os à raison d’environ 50 kg par pas. En raison d’une blessure au genou à l’époque, j’ai exploré la marche en boule, puis je suis passée complètement à la “marche et à la course souples”.

Certains pèlerins sourient en me voyant avec mes sandales aux pieds nus et font des paris sur moi pour savoir si j’arriverai à Santiago. Le chemin change, je marche sur des routes traversant des petits villages rustiques, sur des chemins souples à travers des forêts d’eucalyptus, la plupart du temps le temps est instable. Certains chemins forestiers sont tellement boueux et inondés. J’enlève mes sandales et je marche pieds nus, amusé comme un enfant, dans les flaques d’eau. Je profite de la boue et de la fraîcheur du sous-sol. Le soir, j’arrive de bonne humeur à l’auberge la plus proche. Là, une pèlerine m’attend, les pieds complètement couverts d’ampoules. Vos chaussures : des bottes de randonnée solides et des chaussettes mouillées à l’intérieur. Je l’aide à soigner son pied avec des pansements pour ampoules. Heureusement, mes pieds n’ont rien reçu et j’attends avec impatience la prochaine étape.

Le lendemain matin, nous continuons sur des routes pavées et j’ai droit à un bon massage des pieds. Mais mes pieds s’habituent rapidement au sol caillouteux et, le soir, ils se sentent bien irrigués et entraînés. Ce que je trouve désagréable, ce sont les nombreux kilomètres sur l’asphalte dur. Ainsi, c’est toujours la même zone du pied qui est sollicitée. Pour éviter cela, je porte mes sandales et j’essaie de prendre le “chemin des animaux”. Je cours, si possible, à côté de la route sur l’herbe et les bosses. Quand mes pieds et moi sommes fatigués, j’aime m’asseoir au bord du chemin et faire une pause. Mon esprit se calme agréablement et j’apprécie d’être seul et de marcher seul.

À cette époque, il y a peu de monde sur les variantes alternatives (entre autres la variante “Espiritual”) et dans les grandes auberges, je dors souvent seul ou avec seulement quelques compagnons de pèlerinage. Ce que j’aime beaucoup, ce sont les nombreuses personnes qui ont des histoires de vie extraordinaires. Des pèlerins sont même venus de Taiwan.

Pour moi, le pèlerinage est un temps de recueillement et de pause. C’est pour cette raison que je suis toujours seul sur le “camino” pendant la journée. Je peux ainsi m’arrêter et me reposer quand je veux, je m’allonge sous un arbre à l’ombre ou je me régale de mon pique-nique composé de pain, de tomates et d’olives. Lors d’un pèlerinage, tu es limité au strict nécessaire – mon sac à dos abrite 6 kg. Avec de l’eau, environ 7 kg.

Ce pèlerinage a été très spécial pour moi et je suis heureuse et reconnaissante d’avoir pu découvrir, il y a 9 ans, la marche en boule qui ménage les articulations et le dos. J’avais l’impression d’être la seule pèlerine à ne pas avoir d’ampoules, de blessures ou de souffrances. Le soir, j’ai surtout passé mon temps à soigner les ampoules aux pieds des autres pèlerins. D’ailleurs, j’ai fait de bonnes expériences avec le DMSO (plus de détails dans un autre post).

Étant donné que le chemin se déroule sur de l’asphalte dur pendant de nombreux kilomètres, marcher sur les talons avec des chaussures pieds nus constituerait un risque extrême de blessure.

Pèlerinages pieds nus (pèlerinage sur chaussures pieds nus) :

Nous prévoyons de faire un pèlerinage sur le Camino-Frances de France à Saint-Jacques-de-Compostelle. La taille des groupes sera limitée à 6-8 participants. Ce pèlerinage s’adresse aux personnes qui souhaitent entreprendre un voyage intérieur, une quête de vision et qui désirent un changement dans leur vie.

Comme le pèlerinage pieds nus exige des connaissances et une expérience suffisantes dans le domaine du mouvement naturel, nous ne pouvons inviter à nos pèlerinages que des personnes qui ont participé au moins une fois à nos séminaires pieds nus. Tu dois te sentir en bonne santé et en forme, et être prêt à t’entraîner avec des chaussures pieds nus adaptées quelques semaines avant le voyage.

Si tu te sens concerné(e), n’hésite pas à nous contacter par e-mail. Nous aimerions te rencontrer personnellement !