Philosophie

Que sont les sandales Huarache ?

Les Tarahumara, également connus sous le nom de Raramuri (ceux qui courent vite), sont une ethnie indigène qui vit dans les Copper Canyons, dans le nord du Mexique. La course à pied occupe une place importante dans leur culture et, qu’ils chassent le num ou qu’ils fassent la course, ils peuvent parcourir jusqu’à 170 km à pied en une journée à travers gorges et vallées.

Pour protéger leurs pieds, ils portent des “sandales huarache”, des sandales “pieds nus” minimalistes, généralement fabriquées à partir de pneus de voiture, qui protègent le pied comme une “seconde peau” et permettent ainsi de “marcher avec la balle” ou de “marcher sur la balle”. Dans ce cas, le pied n’est pas “déroulé” par le talon, mais la plante du pied est posée en premier. Cette marche sur l’avant du pied est une forme de marche naturelle que nous pouvons également observer chez les jeunes enfants.

Chez de nombreux peuples primitifs, notamment chez les chasseurs, la marche sur l’avant du pied est également répandue jusqu’à aujourd’hui, car elle permet de se déplacer en douceur et avec souplesse.

De plus en plus de coureurs de longue distance se tournent vers les sandales de course pieds nus. Les semelles fixes et amortissantes font perdre à de nombreux coureurs l’accès intuitif à cette forme de course naturelle, ce qui peut entraîner des blessures. C’est pour cette raison que nous avons développé les sandales pieds nus Tarasoles- Asphalt. En savoir plus ici

Mon expérience est que la marche à l’avant du pied est très douce pour les genoux et les articulations, et que je me déplace également de manière “détendue et légère” sur l’asphalte et les chemins de terre.

Les Tarasoles sont un projet bénévole de notre association pour la recherche et la promotion du mouvement naturel. Il s’agit ici d’une extension de la thérapie traditionnelle des pieds, des articulations et du dos.

La balle est un excellent amortisseur !

 

Nous renonçons délibérément aux semelles orthopédiques dures et inflexibles !

Par nature, nous, les êtres humains, marchons pieds nus. Lorsque nous étions chasseurs-cueilleurs, nous parcourions déjà de longues distances à travers la forêt, pieds nus ou avec de très fines chaussettes en cuir ou des sandales. Nous avons cueilli des baies et les pieds étaient constamment sollicités, ce qui a permis de développer une musculature puissante. Les ligaments et les tendons se sont renforcés grâce au mouvement constant et à l’entraînement naturel. Avoir des semelles rigides le retour d’information sur la nature du sol est entravé et la transmission des stimuli au cerveau qui en découle est limitée. À chaque pas, ce sont nos voies nerveuses qui, tel un réseau routier, transmettent des informations à travers tout le corps (proprioception). Si une information parvient au cerveau, la position du pied est immédiatement corrigée, ce qui permet d’éviter la blessure qui en découle.
La tête et les pieds sont reliés de manière optimale et font beaucoup de travail pour nous au quotidien.
C’est pourquoi nous évitons les semelles non flexibles, car même si nous savons que nos pieds ont besoin d’être protégés des épines et des objets pointus, nous préférons toujours la plus grande flexibilité possible.